Flagrant délit

17:56 C'est arrivé près de chez vous 1 commentaire

18 h 30, sur le pont en U. Il fait nuit. Il fait froid. On perçoit des éclats de rire. Un visage apparaît, rieur. Uniforme de policier. Il monte les escaliers du pont avec deux collègues. Il y a une femme. Les trois se tiennent par la matraque, à la queue leu leu, un peu façon danse des canards. “Faut bien se tenir hein !”, pouffe l’un d’entre eux. Puis ils s’aperçoivent qu’ils sont vus. Ils rangent vite leurs matraques dans leurs blousons. Prennent un air sérieux. Étouffent des rires. Déguerpissent. De vrais gamins.

Géraldine Houdayer

Une place de village ou presque

14:22 Place Ferdinand-Buisson, Sur le trottoir 1 commentaire
Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson
> Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson. (photo Mélanie Favreau)

Tout y est : les grands arbres, le jeu des boulistes, les rires des mômes. Un petit détail pourtant détonne. Les prostituées attendent leurs clients au tournant. C’est mercredi, le “jour des enfants”.

Lire la suite…

“Eloignez-vous de la bordure du quai s’il vous plait”

19:25 C'est arrivé près de chez vous, Sur les rails Pas de commentaire

La voix des haut-parleurs parvient, étouffée, jusqu’au Pont en U qui surplombe les quais.

“Votre attention s’il vous plaît. En raison d’un incident technique, le TER numéro 8352 en provenance de Mar..”

Un train Corail entre en gare. Le pont tremble, le crissement du freinage couvre l’annonce, des vapeurs âcres de diesel montent de la machine. Les gens qui attendent, répartis sur toute la longueur du quai, s’agglutinent devant les portes qui s’ouvrent dans un bruit d’air comprimé. Un enfant sort le premier, court et se jette dans les bras d’un homme. Les passagers descendent et s’engouffrent dans les escaliers qui mènent au souterrain. Les autres montent et disparaissent dans les rames. Le quai est vide.

Lire la suite…

Vincente, boulangère pour une bouchée de pain

17:02 Les gens, Place Ferdinand-Buisson Pas de commentaire
Elle est cachée derrière son comptoir, occupée à épousseter les miettes ou installer les chocolatines dans la vitrine. Vincente Caillaud a 68 ans, porte des lunettes et travaille depuis sept ans à la boulangerie de la place Ferdinand-Buisson. Pourtant, rien ne la prédestinait à faire cuire un jour des baguettes en tablier blanc. Selon son expression : « La boulangerie, ça m’est arrivé comme un cheveu sur la soupe. » Car son parcours n’a rien de commun.

Lire la suite…

La fillette et l’épicerie

17:43 Les gens 2 commentaires

L’épicerie est déserte. Un jeune employé, debout derrière son comptoir, lit le journal du jour. Il est 11 h 30. Deux mandarins chantonnent et couvrent le léger son de la radio. Une atmosphère sereine règne dans cet endroit. Des litres de Coca s’entassent sur le sol. Des magnums de vin sur les étagères, du papier à rouler, des cabines téléphoniques dans les profondeurs de la petite boutique. Cette épicerie a des allures de bazar. Lire la suite…