Chacune son bout de trottoir

17:29 Sur le trottoir 15 commentaires

Dans le milieu de la prostitution, il existe une règle tacite : un secteur doit être quadrillé par ethnies. Les anciennes ont négocié l’accord de façon à ce que chacune ait sa rue. Les ennuis commencent quand cette négociation n’est plus respectée. Même si les filles n’y sont pour rien. La rénovation du quartier les oblige à se concentrer là où le tram ne passe pas. Alors, on assiste à une sectorisation par ethnie. Résultat : des conflits parfois violents.

Lire la suite…

Prostitution et santé : divorce dangereux

20:01 Sur le trottoir Pas de commentaire
> L'association Ippo distribue des préservatifs aux prostituées
> L’association Ippo distribue des préservatifs aux prostituées

« La prostitution, c’est un travail dans lequel tu te déguises. Il faut paraître attirante aux yeux du client », explique-t-on à l’association de professionnels Ippo. Sauf qu’à être aussi légèrement vêtue en plein hiver pour multiplier les passes, les prostituées risquent au mieux un bon rhume, au pire une maladie sexuellement transmissible. Mais quand on ne parle pas un français correct, qu’on dépend d’un réseau de proxénétisme et que les papiers ne sont pas vraiment en règle : comment fait-on pour se soigner ?

Lire la suite…

Au chevet des prostituées

21:22 Sur le trottoir 4 commentaires

Des associations très différentes quadrillent le terrain de la prostitution 

Deux courants d’opinions traversent les associations au chevet des prostituées : celui qui y voit une activité malheureuse et celui qui ne veut pas les juger. Le Cri et le Mouvement du nid font partie de la première catégorie, celle des abolitionnistes ; Ippo, la préventive, appartient à la seconde.

 

Lire la suite…

L’amour à la roulotte

18:27 Sur le trottoir 2 commentaires

« Les femmes ont besoin d’une raison pour faire l’amour, les hommes ont juste besoin d’un endroit ». Un endroit comme le camion de Denise, prostituée française de 63 ans, où cette citation trône au milieu de photos érotiques et familiales. Diaporama au cœur de son lieu de travail, rythmé au son de ses anecdotes.

La prostitution en camionnette : une façon de travailler très répandue parmi les prostituées françaises et africaines. Un moyen de se sentir chez soi et donc plus en sécurité face aux clients douteux. Encore faut-il échapper aux contrôles policiers. Selon les derniers arrêtés municipaux, la prostitution en camionnette est désormais déclarée illégale la journée à Belcier.

Christelle Juteau et Virginie Wojtkowski

La “pause turlute”

19:29 Sur le trottoir 1 commentaire

Comme au Macdrive, il suffit d’ouvrir sa fenêtre et de passer commande. Sauf qu’ici, au lieu d’un sandwich, c’est une femme qu’on choisit. Dans la rue d’Armagnac, c’est devenu une activité tellement banale que certains clients en viennent même à chercher une prostituée avec leur véhicule de fonction, siglé au nom de leur entreprise. Pas de raison de se gêner.

Lire la suite…

Une place de village ou presque

14:22 Place Ferdinand-Buisson, Sur le trottoir 1 commentaire
Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson
> Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson. (photo Mélanie Favreau)

Tout y est : les grands arbres, le jeu des boulistes, les rires des mômes. Un petit détail pourtant détonne. Les prostituées attendent leurs clients au tournant. C’est mercredi, le “jour des enfants”.

Lire la suite…

« 30 euros la petite course »

13:45 Sur le trottoir 2 commentaires
Les "Bulgaro-Turques"battent le pavé autour de l'îlot Armagnac
> Les Bulgares, comme Cilvi, battent le pavé autour de l’îlot d’Armagnac (photo V.W.)

La femme aux yeux noirs a l’air triste. Elle déambule le long d’un trottoir. Avec ce quelque chose dans le regard qu’ont les gens qui ne savent pas où aller, ni pourquoi ils se retrouvent là. Sur un trottoir. Elle, c’est Cilvi : un prénom aux accents français, drôle pour une Bulgare. Cilvi, la jolie trentaine, a deux enfants de six et douze ans. Ils sont au pays et croient que leur mère est femme de ménage. Elle ne doit pas les revoir tout de suite. Pas avant un mois ou deux : « Quand le visa de tourisme prendra fin. »
Lire la suite…