(Re)construire Ferdinand-Buisson

17:07 Place Ferdinand-Buisson Pas de commentaire
La place, vue des enfants. (photo M.F.)
> La place vue par les enfants. (photo Mélanie Favreau) 

Deux ans. Deux ans que la place Ferdinand-Buisson est au centre de toutes les préoccupations des associations de Belcier. Avec la municipalité, elles ont défini son réaménagement au fil des réunions de quartier. Les travaux devraient commencer en septembre 2009 lorsque la reconstruction de l’école sera terminée. Il était temps.

Lire la suite…

Dans la tête de Marcel

12:54 Les gens Pas de commentaire

Marcel a 80 ans. Il vit dans le quartier, près de la bibliothèque Son-Tay, depuis déjà trente ans et s’y sent bien, comme il aime à le répéter. S’il explique souvent les mêmes choses, c’est aussi parce qu’il a quelques petits problèmes de mémoire. L’interroger sur la vie du quartier, les projets en cours, ne servirait à rien. « Ah ça je ne sais pas, et puis je perds un peu la tête », confie-t-il comme pour se justifier.

Lire la suite…

Une place de village ou presque

14:22 Place Ferdinand-Buisson, Sur le trottoir 1 commentaire
Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson
> Enfance et prostitution cohabitent tant bien que mal aux abords de Ferdinand-Buisson. (photo Mélanie Favreau)

Tout y est : les grands arbres, le jeu des boulistes, les rires des mômes. Un petit détail pourtant détonne. Les prostituées attendent leurs clients au tournant. C’est mercredi, le “jour des enfants”.

Lire la suite…

« Les vaches et les moutons sont partis »

14:00 Les gens, Place Ferdinand-Buisson Pas de commentaire
Marc a connu la place Ferdinand-Buisson lorsqu'elle n'était encore qu'une prairie

« Les derniers seront les premiers, dit la Bible. On a intérêt à être les derniers alors ! » La phrase acerbe provient de derrière le comptoir. Cet homme costaud aux cheveux poivre et sel, vêtu d’une chemise rouge à rayures, c’est Marc Trély, affairé à donner un coup de main à sa fille. Le patron “retraité” du Kilian ne mâche pas ses mots. Jamais. Soixante-huit ans qu’il vit à l’ombre de la gare Saint-Jean, face à la place Ferdinand-Buisson. Une vie à prêcher la bonne parole. Sa bonne parole.

Lire la suite…