TER Blues

19:41 Dossier : LGV et pôle d'affaires 1 commentaire

Ils ne sont pas très confortables et ils craquent de partout. N’empêche, vous êtes pris de nostalgie à chaque fois que vous vous asseyez dans un de ces bons vieux trains régionaux. Vous aimez ces interminables voyages à travers les plaines d’Aquitaine. Sans parler de la promiscuité érotique, sur ces grandes banquettes communes. A tout ça, il va falloir dire adieu. Pour le meilleur et pour le pire, ces vieilles rames toutes taguées sont appelées à être remplacées et l’ensemble du réseau TER à être “modernisé”. L’arrivée de la LGV en 2016 n’est pas seule en cause. Explications en 4 points.

Bordeaux – Coutras, 6h26
>Bordeaux – Coutras, 6h26

Lire la suite…

Euratlantique : « on ignore le nombre d’emplois créés »

20:51 Au fil des rues, C'est arrivé près de chez vous, Derrière les pelleteuses, Dossier : LGV et pôle d'affaires, L'îlot Saint-Jean, Sur le trottoir Pas de commentaire

Mardi 9 décembre, 11h35, Alain Juppé nous reçoit dans son bureau, pour un entretien d’une trentaine de minutes. Tout juste le temps d’évoquer les dossiers importants traités dans ruesdelagare. Quelques photos détendues devant l’immense toile qui orne le mur. Dehors, les lycéens manifestent et se font bruyamment remarquer.

Lire la suite…

La LGV et l’emploi, beaucoup de bruit pour rien

17:43 Dossier : LGV et pôle d'affaires Pas de commentaire

Ellgévé, Ellgévé !
Plébiscite, standing ovation. Conseil régional, conseil général, CUB, mairie, toutes les collectivités se sont mises au diapason. « Et c’est rare ! » rappelle Martine Domecq à la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie (CRCI). Dans un accord parfait, elles scandent que la ligne à grande vitesse, c’est bon pour Bordeaux, et c’est bon pour le quartier. Mais il y a des couacs.
Son impact sur l’emploi par exemple.
En février dernier, lors de la campagne municipale, Alain Juppé promettait la création de 6 000 emplois. 10 000 emplois sont prévus dans les papiers de RFF , 15 000 selon la CUB et la CRCI… Ces chiffres sont basés sur ceux des LGV existantes : Euralille à Lille, la Part-Dieu à Lyon, Euroméditerrannée à Marseille… qui revendiquent la création de 5 à 15 000 emplois, sans préciser toutefois s’il s’agit de créations pures, de délocalisations, ou de relocalisations. Habile diversion. Et, ce qui ajoute à l’optimisme ambiant, d’ici vingt ans, la gare ne recevrait plus 8 millions de voyageurs comme c’est le cas aujourd’hui, mais 20 millions. Cela boosterait les commerces existants.
C’est beau, ces zéros.
Mais alors que le chômage fait une entrée remarquée dans l’actualité, à la CUB, on met la sourdine. « C’est un avant avant avant projet », « rien n’est planifié » laisse échapper Delphine Bollard chargée de mission au service du développement économique. On ne sait rien. Et selon Vincent Morin, du Parti communiste, « à la CUB, on n’entend jamais parler de la question de l’emploi dans le dossier LGV ». Dissonance. Céline Simon, secrétaire du comité d’établissement de la CGT cheminots, souligne elle aussi l’illusion d’optique. Pas de création d’emplois, mais seulement des délocalisations d’emplois. Pas de gain en voyageurs, mais un transfert de l’aérien vers le ferroviaire. Alors, rien ? Peut-être même moins que rien. Pour construire le pôle d’affaires et ses tours des miracles, les abattoirs situés sur les quais de Paludate vont être détruits : les employés devront trouver du travail ailleurs.
On comprend mieux que les discussions se poursuivent dans les couloirs et que l’on ne fasse plus sonner le clairon.

Jessica Thomas

LGV : la nouvelle vie du fret ?

16:26 Dossier : LGV et pôle d'affaires Pas de commentaire

Chez Olano, ils ont arrêté en septembre dernier. Fini le rail. Désormais les fruits, la viande et le poisson du transporteur basque, dont un des sites est installé rue de Seiglière, seront fidèles à la route. Qu’importe que le train soit plus écologique, « nous, on a renoncé et c’est un grand pas en avant, affirme un salarié. La SNCF est en grève une semaine sur deux alors, de l’autre côté, c’est le client qui attend. En plus, on fait des produits frais, voire surgelés. C’est plus facile à transporter en camion. »

Lire la suite…

Paroles de riverains

21:30 Dossier : LGV et pôle d'affaires Pas de commentaire

“LGV”. “Quartier d’affaires”. “Euratlantique”. Les habitants du coin ne savent pas forcément ce qui se cache derrière ce mystérieux langage. Pourtant, “ce truc”, ces projets, connus ou pas, existent. Alors qu’en pensent-ils? « Le quartier le mérite », « nous en avons besoin », « enfin des commerces »… Certains ne sont pas enthousiastes. Ils se sont confiés dans leur univers et devant notre caméra. Lire la suite…

Les commerçants et la LGV : je t’aime, moi non plus

21:29 Dossier : LGV et pôle d'affaires 1 commentaire


Didier Moga ira sans regret s'installer dans l'îlot Armagnac
> Didier Moga ira sans regret s’installer dans l’îlot Armagnac. (Photo : A.B.)

« Sans ce projet, je ne me serais pas installé ici. » Il est toujours des commerçants mieux informés que d’autres. Ceux qui ont les bons contacts, ont un réseau… ou un nom. Didier a racheté la pharmacie de la place Ferdinand-Buisson l’an dernier. Son nom ? Moga, comme le maire adjoint du quartier Bordeaux Sud. Évidemment ça aide pour se tenir au courant des projets à venir.

Lire la suite…

PC et PS peinent à mobiliser les habitants

21:29 Dossier : LGV et pôle d'affaires 1 commentaire


Les habitants du quartier soucieux mais à l'écoute
> Les habitants du quartier soucieux mais à l’écoute. (Photo G.L.)

Des deux côtés de la gare, les habitants qui participent aux réunions d’information sur les mutations urbaines du quartier sont inquiets. Submergés d’interrogations sans réponse, ils craignent la noyade.

Lire la suite…

Enquête : le big bazar du financement de la LGV

15:50 Dossier : LGV et pôle d'affaires Pas de commentaire

Signé, pas signé ? Le protocole d’accord sur le financement de la future ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique est décidément un feuilleton à épisodes. Jeudi 20 novembre, une énième réunion s’est tenue à l’hôtel préfectoral de la Gironde, en présence de tous les protagonistes : Dominique Bussereau, le secrétaire d’État aux transports, Hubert du Mesnil, le président de Réseau ferré de France (RFF) et les représentants des 55 collectivités - notamment Alain Rousset et Martin Malvy, présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées - concernées par cette histoire de gros sous. Résultat : un nouveau désaccord sur les modalités, et un ultime contretemps. Car ce financement, le plus important d’Europe en terme d’investissement, se révèle être une véritable usine à gaz. Ruesdelagare se propose de le décrypter.

Lire la suite…

La LGV, mode d’emploi

21:25 Dossier : LGV et pôle d'affaires Pas de commentaire

LGV SEA, puisque tel est son nom intégral, ça veut dire Ligne à Grande Vitesse Sud-Europe-Atlantique. Sous ce nom barbare se cache une réalité toute simple : des trains qui vont vite. 320 kilomètres/heure exactement, ce qui mettra Bordeaux à 2h05 de Paris. Au lieu de 2h55 actuellement, voire 3h40 pour certains TGV. Cousine des LGV est-européenne et méditerranée inaugurées ces dernières années, la LGV SEA compte surfer sur la vague de succès – au moins commercial – de ses devancières. Mais si une LGV apporte indéniablement des avantages, elle pose également nombre de questions. Ruesdelagare les décortique. Lire la suite…