“Pas l’impression d’habiter une banlieue”

20:18 L'îlot Saint-Jean Pas de commentaire

Il y a 43 ans qu’elle habite l’îlot Saint-Jean. Qui mieux qu’Andrée Baron pour nous conter l’histoire des barres qui composaient encore la résidence avant leur démolition commencée en 2006 ? Arrivée de la campagne girondine en 1964, elle avoue « être venue à Saint-Jean à reculons. Quitter la campagne me faisait peur, mais mon mari a insisté en disant qu’on serait bien ici. Et il avait raison. Avoir l’électricité et l’eau courante à l’époque, c’était un confort incroyable. »

Lire la suite…

“Ici, on est cramés”

16:46 L'îlot Saint-Jean 2 commentaires

La vitre de la porte d’entrée est cassée. Il fait froid. Karim est dans « sa » cage d’escalier, dans la grande barre de la résidence Saint-Jean. Ils sont cinq avec lui. Ils habitent l’immeuble ou les alentours. Ils « tiennent les murs », comme ils disent. Il est 9 heures du soir.

Lire la suite…

Fatima : « Cet appartement, c’était mon porte-bonheur »

13:11 L'îlot Saint-Jean Pas de commentaire

De la fenêtre de sa chambre, au cœur de l’îlot Saint-Jean, Fatima a vu tomber la barre B en 2007 et la barre C, l’été dernier. Bientôt, ce sera la barre D. La sienne. Dernier vestige de l’ancienne cité en cours de reconstruction, dans quelques mois, son immeuble sera  broyé par les machines.
Lire la suite…

Isabelle Kraiser : « Juste avant de partir »

15:40 L'îlot Saint-Jean 2 commentaires

Elle a frappé à toutes les portes des immeubles. Ils lui ont raconté leur vie. L’artiste Isabelle Kraiser en a fait un livre, des photos. Pour qu’on n’oublie pas. C’était en 2005.  Quelques mois avant que la première barre de l’ancienne cité Saint-Jean ne soit détruite. “Juste avant de partir”.

Lire la suite…

L’îlot Saint-Jean, la vie sans barre

13:28 L'îlot Saint-Jean 5 commentaires

Des pelleteuses. Des immeubles. Du béton brut. L’îlot Saint-Jean change de visage. Les grandes barres de dix étages, ce n’est plus dans l’air du temps. Demain, des immeubles plus bas accueilleront une partie des habitants de cette cité, construite en 1962 et d’abord réquisitionnée au profit des rapatriés d’Algérie. Du fait de la diminution du nombre de logements, toutes les familles ne trouveront pas de nouveau toit sur place. On appelle ça la dé-densification.

Lire la suite…