A la recherche du logement social bordelais

14:45 L'îlot Saint-Jean
Les travaux de la cité Saint-Jean en 2005. Photo : Mémoire de Bordeaux
> Les travaux de la cité Saint-Jean en 2005. Photo : Mémoire de Bordeaux

« À Bordeaux, le logement social est en nombre insuffisant, mal réparti, et présente une pénurie de logements très sociaux (PLAI¹). Il faudrait environ 7000 logements sociaux supplémentaires. », nous indiquait il y a quelques semaines Maurice Goze, professeur en aménagement de l’espace et de l’urbanisme à Bordeaux.
Le projet de rénovation de l’îlot Saint-Jean participe-t-il à une amélioration de cette situation ? Rien n’est moins sûr. Clairement les choix politiques sur ce quartier sont faits en faveur d’un rehaussement des classes sociales qui le composent. « Mixité sociale inversée » nous dit-on. L’objectif ? Peut-être donner à Saint-Jean une apparence policée avant le prochain développement du pôle d’affaires…

Le nombre
Bordeaux est en retard au regard des objectifs fixés par la loi de solidarité urbaine (SRU), qui fixent pour les villes importantes une obligation de 20 % de logements sociaux. À l’heure actuelle, Bordeaux en est à 14,7 %. La ville a perdu un point en un an.
Le projet Saint-Jean prévoit la démolition de 440 logements sociaux mais la ville s’enorgueillit d’en reconstruire 635, quand les règles d’urbanisme préconisent à minima « le un pour un ».

En fait, et après enquête, le projet prévoit la reconstruction de seulement 440 logements sociaux (188 sur Saint-Jean et 252 éparpillés ailleurs dans Bordeaux), soit l’exact équivalent en nombre du parc initial… mais dispersé aux quatre coins de la ville. Car selon l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), 195 logements sur le total des 635 seront destinés à l’accession à la propriété, en locatif libre ou de type PLS¹. Autrement dit trois catégories qui ne sont pas comptabilisées comme étant du logement social. Pourquoi cet écran de fumée ? Anticipant une décision ministérielle qui voudrait intégrer l’accession - opportunément baptisée sociale - dans les fameux 20 %, Alain Juppé prend ses désirs pour des réalités (écouter le son ci-dessous). Malgré les souhaits du maire, et les mesures mises en place pour favoriser l’accession à la propriété pour les revenus faibles, ces logements ne s’adressent pas au même type de population que ceux qu’abritaient les barres de Saint-Jean, ils visent des foyers plus aisés, a estimé l’ANRU.

Alain Juppé, en conférence de presse à InCité avec la ministre du logement Christine Boutin, le 3 novembre dernier :

Michèle Delaunay, député socialiste, en interview le 24 novembre à sa permanence rue Saint-Laurent :


La répartition
La rénovation de l’îlot Saint-Jean entraîne un redéploiement de l’habitat social sur le territoire de la commune de Bordeaux. La diminution du nombre de logements sociaux sur Saint-Jean oblige la ville à maintenir au sein de la commune le même nombre de ces « loyers conventionnés ». Mais rien ne dit à quel endroit. « Une centaine de logements haute qualité environnementale (HQE) sont prévus à Caudéran », explique-t-on à la mairie. De l’authentique mixité sociale, en quelque sorte, installant des familles à faibles revenus dans des quartiers « préservés ». En étudiant le PV du conseil municipal de juillet 2008, il apparaît aussi que 103 logements sociaux seront construits dans le nord de Bordeaux (49 à Bacalan, et 54 allée de Boutaut, près des Aubiers) en compensation de ceux disparus à Saint-Jean. Or cette zone est déjà fortement pourvue de ce type d’habitat.

Virginie Rooryck, urbaniste à la mairie de Bordeaux, après une conférence d’Arc en Rêve au CAPC, le 2 décembre :

Pourquoi cet écran noir?
Virginie Rooryck, responsable de projet urbain à la mairie de Bordeaux, nous a imposé de retirer la vidéo ci-dessus, invoquant son droit à l’image. Cette vidéo avait été filmée avec son autorisation lors d’une interview qu’elle nous a accordée à la suite d’une conférence sur l’architecture et la mixité sociale à Arc-en-rêve, mardi 2 décembre. Dans cette conférence destinée à présenter un projet public, Virginie Rooryck représentait Madame Michèle Larüe-Charlus, directrice générale de l’aménagement de la ville de Bordeaux. Dans l’extrait de 54 secondes non coupé que nous présentions, elle répondait à une question sur l’implantation de programmes sociaux dans le nord de la ville. Après avoir visionné la vidéo sur notre blog, l’urbaniste nous a fait savoir qu’en tant que « technicienne », elle ne s’estimait pas compétente pour parler de logement social. Nous en prenons acte.
La suppression de la vidéo a été débattue par l’ensemble de la rédaction de ruesdelagare. L’extrait diffusé ne nous a pas paru porter atteinte à l’intégrité professionnelle de Virginie Rooryck. Néanmoins, soucieux en tant qu’école de journalisme de respecter le cadre strict de la loi, nous avons décidé de supprimer les images. Avec une réelle inquiétude quant à la possibilité de pratiquer correctement notre métier qui est aussi de questionner des projets engageant la collectivité.

Michèle Delaunay, à sa permanence rue Saint-Laurent :

Que l’on ne se méprenne pas. L’avenant au projet Saint-Jean, voté le 15 juillet 2008 en conseil municipal entérinait le redéploiement du parc locatif social de Saint-Jean sur toute la commune. Les groupes PS, PC et Verts n’ont pas voté contre. Il se sont poliment abstenus. Rencontré il y a quelques jours, le conseiller municipal PS Jacques Respaud déclarait dans le cadre d’une interview, « j’ai longtemps hésité, mais je soutiens le projet ».

W.L-D, M.M et Y.S-S

1) Précisions. Cet article fait référence à des considérations techniques sur la typologie des logements sociaux. Pour plus d’informations, voir ce document, pages 31 et suivantes.

Laisser un commentaire

Votre commentaire
Merci de soigner l'orthographe et d'éviter le langage SMS.

Attention: La modération de votre commentaire peut demander un peu de temps. Ne renvoyez pas votre commentaire s'il n'apparaît pas immédiatement.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>