Prostitution et santé : divorce dangereux

20:01 Sur le trottoir
> L'association Ippo distribue des préservatifs aux prostituées
> L’association Ippo distribue des préservatifs aux prostituées

« La prostitution, c’est un travail dans lequel tu te déguises. Il faut paraître attirante aux yeux du client », explique-t-on à l’association de professionnels Ippo. Sauf qu’à être aussi légèrement vêtue en plein hiver pour multiplier les passes, les prostituées risquent au mieux un bon rhume, au pire une maladie sexuellement transmissible. Mais quand on ne parle pas un français correct, qu’on dépend d’un réseau de proxénétisme et que les papiers ne sont pas vraiment en règle : comment fait-on pour se soigner ?


Les associations féminines bordelaises s’accordent pour dire qu’Ippo (Information, Prévention, Proximité, Orientation) est l’interlocuteur n°1 en matière de santé auprès des prostituées. Les filles apprécient la tournée de nuit puisque les professionnels du collectif leur distribuent des préservatifs. « L’association Ippo est dans le besoin immédiat des prostituées. Elle travaille aussi sur le dialogue, mais répond avant tout aux premières nécessités », analyse Jean-Philippe Guillemet, sociologue qui a travaillé pendant quatre ans sur le terrain de la prostitution à Belcier.

L’organisation est bien rôdée : l’antenne mobile de nuit intervient dans l’urgence deux fois par semaine, mais elle donne aussi à connaître l’accueil d’après-midi au QG de la rue Villedieu.

Là-bas, les « personnes en situation de prostitution » - comme Ippo et Aides Aquitaine s’obligent à les appeler - ont un accès favorisé aux soins. L’équipe médicale se veut complète : un médecin, un psychologue, des socio-esthéticiennes travaillent à leur bien-être. Les consultations sont anonymes et gratuites. On y soigne les grippes, on parle dépistage des MST, on enclenche des procédures d’avortement. L’année dernière sur les 548 personnes qu’Ippo a rencontrées, 201 d’entre elles ont fréquentées l’accueil de jour. Pas une satisfaction pour autant, « le nombre de personnes uniquement rencontrées sur l’accueil de jour est assez faible : 60 personnes, dont 31 Nigérianes ».

Même principe pour Aides : tournées de nuit et accueil de jour. « On fait de la prévention santé, hépatites et MST depuis 2002. Il y a des tournées spécifiques aux femmes et aux hommes », explique Beata Mairesse, chargée des actions « femmes et prostitution ».

Les Africaines mieux soignées que les Bulgares

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les prostituées nigérianes et les travestis algériens connus utilisent presque tous les services proposés par Ippo. Anne-Marie parle de 93 à 100 %  des individus. Pour les autres nationalités, c’est l’exact contraire : «  de 15 à 29% des personnes, rencontrées sur l’antenne mobile, fréquentent l’accueil de jour ».  Quant à la palme des patientes les moins examinées cliniquement, elle revient aux prostituées bulgares. La plupart d’entre-elles prient la chance et préfèrent oublier de tomber malade.

Donner dans l’esclavage humain, ça ne suffit pas. Pour qu’un proxénète soit puissant, il lui revient aussi de décider laquelle de ses filles peut avoir accès aux soins et laquelle doit continuer de travailler. « Au début du mouvement Ippo, en 2001, les assistantes sociales se sont rendu compte que les proxénètes des Bulgares étaient très doués. Une conversation qui s’éternise et le portable se met à sonner », explique le sociologue Jean-Philippe Guillemet. Ce n’est qu’à partir du moment  où une fille est emmenée au Planning familial qu’on n’entend plus sonner le téléphone. Les macs ne sont pas stupides. Ils savent, eux aussi, se servir des soins proposées aux prostituées : « le Planning est un avantage pour eux, il remet à neuf le corps des filles gratuitement », ajoute le sociologue. La machine peut continuer.

Christelle Juteau et Virginie Wojtkowski

Laisser un commentaire

Votre commentaire
Merci de soigner l'orthographe et d'éviter le langage SMS.

Attention: La modération de votre commentaire peut demander un peu de temps. Ne renvoyez pas votre commentaire s'il n'apparaît pas immédiatement.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>