Sous la coupe d’un mac

13:09 Sur le trottoir
Le réseau des Bulgares est organisé : certaines sont rue d'Armagnc, les autres près du pont en U.
> Le réseau des Bulgares est organisé : les unes travaillent rue d’Armagnac, les autres sous le pont en U. (photo C.J.)

Elles vous diront qu’elles sont arrivées toutes seules, en bus, depuis la Bulgarie. Elles vous feront croire que la solidarité entre elles s’est faite naturellement. Elles vous affirmeront que le quadrillage du quartier par ethnies s’est fait tout seul. Mais jamais les prostituées bulgares n’avoueront être sous la coupe d’un réseau. C’est pourtant bien le cas.

 

Au point de ralliement, sous le panneau Coca-Cola de la rue d’Armagnac, sept paires de fesses font le trottoir : deux moulées dans un mini-short, deux affublées de mini-jupes. Provocantes, elles se déhanchent sur une musique latino imaginaire. Histoire de se réchauffer en attirant le client. Deux autres, adossées au capot d’une voiture, attendent patiemment. La dernière, Mélissa, fait les cent pas, trimbalant son sac en  plastique. A l’intérieur, une mini-jupe en jean qu’elle hésite encore à mettre.

Une voiture s’arrête. Un homme est au volant. La plus jeune, Maria, se précipite, visiblement contente.  A l’intérieur de l’auto, elle continue à lui parler, le sourire aux lèvres.  La  voiture s’éloigne. Sa copine Mélissa parle d’un “chéri qui prend soin d’elle”. Ahmed, le “chéri”, est le client le plus fidèle de Maria. Un client, vraiment ? Ses visites quasi quotidiennes le ferait plutôt passer pour un mac. Les filles n’aiment pas ces insinuations : “Elle n’a pas de mac et moi non plus !” , s’écrie Mélissa. Une brune renchérit : “Mais non, puisqu’on vous dit qu’on n’en a pas ! On ne peut pas avec les 50 euros qu’on a pour une passe. Si on devait verser 25 euros à un mec, ça servirait à quoi de faire la pute ? 10 euros pour l’hôtel, 5 pour les préservatifs et 10  pour mon enfant … ça serait ridicule.”  Toutes ont le même discours.

Maquerelle et maquereau

Pourtant un réseau existe, même si toutes les Bulgares ne sont pas logées à la même enseigne. Certaines sont moins surveillées que d’autres. Mais curieusement, toutes ont  déjà croisé cette femme grande, brune, âgée et toujours habillée d’un long gilet sombre qui lui arrive aux pieds. Elle se promène dans les rues de “ses” filles. Un calepin à la main, elle barre des indications écrites dessus avant de récolter l’argent qu’elle cache dans son cabas. Pas une maquerelle, peut-être. Mais à coup sûr une sorte de “cheftaine”. Son rôle dans le réseau est important et secret : elle fuit illico les regards indiscrets.

L’organisation est bien rodée : la “patronne” se promène, souvent accompagnée de son “assistante”. La numéro deux - la Roumaine de la bande - joue les gros bras. Petite brune rondelette, elle adopte souvent une attitude offensive si l’on se mêle de ses affaires. Souvent habillée d’un jogging et de baskets, elle détonne dans le paysage environnant. C’est elle qui surveille le travail et qui écarte les moindres perturbateurs. A elle aussi que revient la mission de calmer les conflits qui éclatent entre elles. Dans la rue, il peut lui arriver de hurler quand le rythme ne lui convient pas. “30 euros la pipe, 50 pour baiser“, crie-t-elle à la cantonade. Le signal est clair : il faut travailler plus.

Christelle Juteau et Virginie Wojtkowski

 

6 Commentaires
  1. Crin Blanc :

    Date: 28 novembre 2008 @ 15:10

    Qui sont les Mac ?
    Je m’interroge sur le laxisme de nos dirigeants; en effet il n’y a qu’à Belcier où cette prostitution grossière est tolérée, car vu le nombre de véhicule de Police qui circulent, il est inadmissible , sauf complaisance, de trouver ces prostituées de jour devant nos portes du pont en U à la place Belcier, même pour la sortie des écoles .
    Dans leur intérêt et le mien,je pense qu’elles seraient mieux aux Allées de Tourny.

  2. frickfrack :

    Date: 28 novembre 2008 @ 21:51

    après les deux portraits, je ne sais pas pourquoi, mais je reste sur ma fin… je sais, je sais, le portrait facilite l’empathie, surtout lorsqu’ils sont très bien écrits. au-delà de ça, l’enquête mérite d’être approfondie. je ne sous-estime pas la difficulté de la tâche. d’accord avec crin blanc, une petite visite chez les policiers serait évidemment intéressante. malgré la question reformulée plusieurs fois, la bulgare tient son cap. elle a raison, elle ne peut faire autrement… ah ! le noued gordien. démêler le problème sans action brutale. bon courage pour la suite

  3. frickfrack :

    Date: 28 novembre 2008 @ 21:53

    petit oubli : le noeud gordien, démêler le problème, sans action brutale, c’est tout le travail du journaliste…

  4. frickfrack :

    Date: 28 novembre 2008 @ 21:55

    troisième commentaire et je m’éclipse : quid de la prostitution masculine ? elle existe place renaudel mais vers belcier. et on n’est pas du tout dans les mêmes problématiques… à moins que…

  5. desbarrs :

    Date: 12 février 2009 @ 13:54

    slt a tous ece vrai que place renaudel il y a des mecs qui tapine

  6. desbarrs :

    Date: 12 février 2009 @ 14:03

    ou dite moi si vs connaisser les endroit ou se prositu les mec rebeu ect essentielement les mec je fait etude

Laisser un commentaire

Votre commentaire
Merci de soigner l'orthographe et d'éviter le langage SMS.

Attention: La modération de votre commentaire peut demander un peu de temps. Ne renvoyez pas votre commentaire s'il n'apparaît pas immédiatement.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>