La LGV, mode d’emploi

21:25 Dossier : LGV et pôle d'affaires

LGV SEA, puisque tel est son nom intégral, ça veut dire Ligne à Grande Vitesse Sud-Europe-Atlantique. Sous ce nom barbare se cache une réalité toute simple : des trains qui vont vite. 320 kilomètres/heure exactement, ce qui mettra Bordeaux à 2h05 de Paris. Au lieu de 2h55 actuellement, voire 3h40 pour certains TGV. Cousine des LGV est-européenne et méditerranée inaugurées ces dernières années, la LGV SEA compte surfer sur la vague de succès – au moins commercial – de ses devancières. Mais si une LGV apporte indéniablement des avantages, elle pose également nombre de questions. Ruesdelagare les décortique.

Au fur et à mesure de l’avancement des différents thèmes, vous trouverez de nouveaux articles auxquels vous pourrez accéder à partir de celui que vous êtes en train de lire, grâce aux liens. Marquez cette page : ainsi, vous ne raterez rien du dossier que vous concocte Ruesdelagare !

A quoi ça sert ?
La LGV SEA, comme ses aînées, n’a qu’un objectif : aller plus vite. On peut discourir à loisir sur le bien-fondé d’une telle accélération. Les apôtres de la décroissance, par exemple, crient au loup et pointent du doigt le productivisme qu’elle sous-tend. Mais les succès commerciaux des LGV existantes prouvent que la demande est là.

Où, quand et comment ?
Quatre tronçons sont dans les cartons : Tours-Bordeaux est le plus avancé, sa mise en service est prévue en 2016. Les trois autres tronçons devraient - théoriquement - suivre dans la foulée : Bordeaux–Espagne, Bordeaux-Toulouse, et Poitiers-Limoges. Si tout se passe bien au niveau du montage financier. Et c’est là que le bât pourrait blesser. Ruesdelagare dévoile bientôt le tracé et les problèmes des expropriations.

Qui paie quoi ?
Pour la première fois, une LGV sera financée pour moitié par le privé. Le reste est partagé entre l’État et les collectivités locales. Car une LGV, ça coûte très cher. Pour la LGV SEA, la facture totale s’élève à 12,6 milliards d’euros, pour les trois premiers tronçons. Ruesdelagare a enquêté sur le dossier du financement. Quant aux tarifs, ceux qui sont en vigueur actuellement et ceux qui seront appliqués aux nouveaux TGV, c’est bientôt ici.

Quel impact tout cela aura-t-il sur les villes desservies et les espaces traversés ?
Un quartier d’affaires pharaonique est d’ores et déjà à l’étude. Historique, financement, emplacement, entreprises et comparatifs avec les autres pôles d’affaires à proximité des gares TGV : Ruesdelagare a enquêté sur ce qui se profile. A commencer par l’îlot Armagnac, dont la transformation marque le coup d’envoi du projet. Et si une ligne LGV apporte effectivement des retombées bénéfiques, elle peut aussi être source de bouleversements majeurs. Les enjeux urbains pour Belcier sont donc considérables : c’est bien ce qui inquiète les habitants.

Et les autres trains ?
Un TGV, c’est bien beau. Mais ce que la population réclame en priorité, ce sont des trains de proximité, c’est-à-dire des TER. Quelle est la situation actuelle, et quelles seront les conséquences de l’arrivée de la LGV sur le réseau secondaire ? Cette question se pose également à propos du ferroutage, que la nouvelle ligne est censée développer.

A suivre…

L’équipe de Ruesdelagare

Laisser un commentaire

Votre commentaire
Merci de soigner l'orthographe et d'éviter le langage SMS.

Attention: La modération de votre commentaire peut demander un peu de temps. Ne renvoyez pas votre commentaire s'il n'apparaît pas immédiatement.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>